Une histoire de famille

Voiture de famille ayant appartenu au père du propriétaire actuel. L’état de la voiture est proche du neuf. Elle a été expertisée pour un montant de 60 000 €.

Elle est actuellemnt visible au Conservatoire Citroën où elle est exposée, compte tenu de son excellent état, avec l'ensemble de la collection du Musée.

Au total, plus de 80 000 € ont été dépensés pour sa restauration en 2019. La carrosserie a été totalement restaurée avant peinture de haute qualité. Le châssis, dont beaucoup d’éléments sont neufs y compris l’unit AR complète, a fait l’objet de traitements anti-gravillons et corps creux. Tous les joints caoutchouc ont été changés.

La mécanique a été révisée, le moteur tourne impeccablement, les pièces hydrauliques ont fait l’objet d’une remise à neuf ou d’un échange, la boîte, l’embrayage, les transmissions fonctionnent parfaitement ainsi que le freinage.

La direction a été elle aussi remise à neuf.

Les tapis de sol, les revêtements de longerons, la plage arrière etc… sont neufs et le tableau de bord a été repeint.

Les 4 pneus Michelin XVS-P 185-15 sont neufs.

La voiture dispose de l’attestation de conformité délivrée par Citroën & DS Heritage. Pour un acheteur français, elle présente l’indiscutable avantage de comporter les lettres DS au début de son numéro d’immatriculation. (cette attribution a été faite à l’occasion d’un des déménagements du propriétaire)

Cette voiture a une histoire :

 Cette DS 21 ie est un modèle dit "Administration" parfois dénommé "Préfecture", bien que cette dernière appellation ne semble pas être officielle.

 Elle se distingue par sa teinte de carrosserie noire, son montant de custode noir ainsi que les pieds milieu noirs et lisses. Les contre portes sont peintes en gris.

 La DS « Administration » était souvent utilisée par les hauts fonctionnaires de l’époque.

 Le modèle exposé est une première main : elle appartenait à un Directeur Central de la Banque de France, père de l'actuel propriétaire

 Passionné de DS et ne souhaitant pas la changer pour la nouvelle CX, il avait fait  réaliser une première restauration mécanique complète en 1987.

 Lors de cette restauration, réalisée par les Etablissements CLUNET, le moteur a fait l’objet d’un échange standard Citroën; il n'a actuellement que 88000 kms certifiés.

 Au décès du propriétaire, en octobre 1987, la voiture a été transmise à son fils qui l’a conservée précieusement car c’était la voiture sur laquelle il avait appris à conduire lorsqu’il avait 20 ans…

 En 2001, une peinture complète a été effectuée, ainsi que l'échange de quelques pièces de soubassement dont principalement la tôle de fond de coffre.

 En 2003, l'ensemble de la sellerie (sièges et panneaux de porte) a fait l'objet d'un échange standard dans la couleur d'origine (bleu).

 Jusqu'en 2016, la voiture a roulé parfaitement et a permis à son propriétaire d'effectuer quelques longs voyages sans problème, notamment lors de l'International Citroën Car Clubs Rallye (ICCCR) à Rome en 2008, ou lors du mariage d'une de ses filles dans la région de Turin en 2013.

 Fin 2015, le propriétaire, a décidé d'entreprendre une restauration complète du châssis.

 Le démontage a en effet révélé une forte corrosion des longerons, planchers, supports de cric, passages de roues AR, custodes, gouttières....

 La restauration de ces éléments a été réalisée à Aulnay-sous-Bois en France dans l’atelier Citrostory (désormais filiale de CQS Classics) situé au sein même du Conservatoire Citroën, et s'est étalée sur trois années.

 Fin 2018, l'ensemble du châssis était restauré dans les règles de l'art (photos disponibles), après environ 500 heures de travail.

 La voiture fut alors expédiée dans un atelier de confiance associé à CQS Classics à Budapest, afin de faire remonter la carrosserie, la faire peindre et reposer la mécanique.

 Cet atelIer, reconnu comme un expert en carrosserie et peinture haut de gamme, a réalisé de nombreuses restaurations de haute qualité pour CQS Classics. L’une d’entre elles, une DS 21 Pallas, a obtenu le prix de la meilleure voiture restaurée au Salon Interclassics de Maastricht en 2019.

Depuis 2020, avec un peu de retard lié aux restrictions sanitaires, le propriétaire a récupéré la DS de son père, après avoir dépensé un total de 52 000 € en France et de plus de 30 000 € en Hongrie. Toutes les factures sont disponibles.

Le propriétaire, véritable passionné, est connu dans le monde Citroën pour avoir organisé de grandes manifestations relatives à la DS et pour avoir occupé de nombreuses fonctions associatives. après quelques hésitations "sentimentales", il met sa voiture en vente .avec l'aide du Conservatoire Citroën.